Au secours ! Les robots vont-ils occuper nos emplois

Dans les semaines à venir, vous pourrez participer à l’événement Sharing Innovation – Smart Industry and the Wageningen UR. Lors de cet événement, vous rencontrerez des chercheurs et des entrepreneurs qui partagent les tendances et les développements dans le domaine de la robotique, des grandes données et de la consommation et des TIC. Chaque semaine, un ou plusieurs articles de blog paraîtront dans lesquels un sujet de l’un des conférenciers sera expliqué. Vous voulez savoir ce qui se passe dans le domaine de la robotique et des grandes données et surtout ce que cela signifie pour vous en tant qu’entrepreneur et consommateur ? Ne manquez pas les blogs !

Aujourd’hui, nous commençons avec Gert Kootstra. Chercheur de formation en intelligence artificielle, Gert a rédigé une thèse de doctorat intitulée : Visual Attention and Active Vision : from natural to artificial systems. Après de nombreuses recherches académiques sur la robotique et ses applications dans les ménages aux Pays-Bas et à Stockholm, Gert a cherché d’autres applications. Il a fini à Wageningen il y a trois ans.

Pack pique-nique : Robotisation dans l’industrie alimentaire

Les recherches que Gert mène actuellement au centre de recherche de Wageningen se concentrent sur la robotique appliquée au secteur agroalimentaire. Un projet important dans lequel Gert est impliqué s’appelle PicknPack. L’objectif est de faire un grand pas vers la robotisation à grande échelle de l’industrie alimentaire européenne. Ceci est bénéfique pour les portefeuilles des entreprises et donc pour leur position concurrentielle.

Aujourd’hui, de nombreuses personnes sont encore nécessaires sur un tapis roulant pour inspecter, trier et emballer les aliments frais et transformés. Contrairement à un robot, ils ne le font pas 24 heures sur 24. Les robots ont également l’avantage de pouvoir travailler à basse température, ce qui permet de conserver les aliments plus longtemps. De plus, les robots fournissent un rendement plus constant que les humains, ont une perception objective et ont un avantage en termes d’hygiène. Avec un robot, par exemple, il ne s’agit pas de savoir s’il s’est lavé les mains après une visite aux toilettes.

De plus, il est difficile de trouver d’autres employés pour ce travail. On estime que dans 10 à 20 ans, il n’y aura plus d’employés disponibles pour les activités susmentionnées. La recherche sur l’utilisation des robots dans l’industrie alimentaire est donc très nécessaire.  

Outre les avantages des robots, les robots existants présentent un inconvénient majeur : ils sont plutôt rigides. Par exemple, pour passer de la pomme à la mangue, il faut convertir presque toute la chaîne de production. PicknPack devrait aboutir à un prototype de robot flexible capable de manipuler toutes sortes de produits et d’emballer ces produits dans toutes sortes de barquettes. Une partie du projet se concentre sur l’ajout d’informations sur le produit individuel sur l’emballage. Pensez à une date de péremption très exacte ou à des informations sur l’origine du produit.

Un autre développement sur lequel PicknPack travaille est la détermination de la qualité des produits au moyen de la robotique. Par exemple, nous travaillons avec des partenaires sur un module capteur qui peut déterminer la qualité des produits. Les gens peuvent regarder les produits et voir qu’ils ne sont pas de bonne qualité. PicknPack développe un module qui évalue non seulement les produits de capteurs visuels, mais aussi les infrarouges et les rayons X. Cela donne souvent une image beaucoup plus complète de la qualité des produits qu’en jugeant seulement sur l’aspect visuel.

Les entreprises ont un rôle important à jouer

Gert souligne l’importance du rôle du milieu des affaires dans le développement et la recherche en robotique. Les chercheurs étudient les possibilités et les limites des robots et donnent des conseils sur leur utilisation. Des entrepreneurs sont nécessaires pour faire le pas vers un produit prêt à être commercialisé. Les entreprises des secteurs des TIC, de la construction mécanique et/ou de la robotique sont un partenaire important pour les chercheurs.

De la ferme à l’assiette

Le 11 novembre, Gert explique également que l’UR de Wageningen mène des recherches sur l’utilisation de la robotique à différents stades de la chaîne, de la ferme à la table. En menant des recherches tout au long de la chaîne, il est possible d’établir des liens. L’échange de données permet de voir comment les processus au début de la chaîne sont finalement valorisés. Cependant, il y a ici des aspects éthiques et juridiques. Qui possède les données et veut tout révéler à tout le monde ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *